Le cloud, accélérateur de croissance et source d’économie : interview de Nicolas Leroy-Fleuriot avant la Grande Jonction

nicolas leroy fleuriotNicolas Leroy-Fleuriot, vous dirigez CHEOPS TECHNOLOGY, et vous avez choisi de nous présenter tout d’abord le cas de CULTURA. Quelles ont été les transformations que vous avez accompagnées chez ce client ?

CULTURA a procédé ces dernières années à la refonte complète de son système d’information afin d’anticiper la forte croissance de l’entreprise qui est passée de quelques magasins à plus d’une cinquantaine en quelques années. La mise en place d’un ERP (Progiciel de gestion intégrée) nécessitait de fortes compétences technologiques, outre une garantie de fonctionnement 6 jours sur 7 avec une plage horaire étendue. En outre, certaines périodes de l’année, Noël et les soldes par exemple, généraient des pics de charges nécessitant une augmentation soudaine de la puissance de traitement des systèmes outre une supervision renforcée des applications. La seule réponse adaptée était d’accompagner l’entreprise vers le Cloud. Après une consultation du marché, CULTURA a retenu l’offre iCod® (infrastructure CHEOPS on demand) de CHEOPS TECHNOLOGY pour la qualité des infrastructures de ses 2 datacenters interconnectés et pour son expertise de l’ensemble des environnements utilisés par CULTURA (bases de données ORACLE et SQL Server, ERP GENERIX, environnements LINUX et Windows). CULTURA est passé du faire en interne au faire faire, en s’affranchissant de lourds investissements en infrastructures informatiques tout en résolvant les problématiques de maintien en compétences techniques et de disponibilité d’équipes techniques en heures non-ouvrées.

cultura

Derrière une belle réussite telle que le passage de CULTURA sur le Cloud, il y a toujours des tournants à prendre. Quels sont les défis rencontrés dans ce processus ?

Décider de transférer son Système d’information dans le Cloud est une chose, mais les processus de transfert sont primordiaux pour que le succès soit au rendez-vous. CHEOPS TECHNOLOGY a développé une méthodologie industrielle baptisée « trajectoire vers le Cloud » qui consiste à cartographier le Système d’Information client et à concevoir les différentes phases de migration des applications et des données vers le Cloud. L’un des grands défis est d’être fin prêt le jour J pour la mise en production et de pouvoir assurer instantanément un retour arrière en cas de problème de dernière minute. Une forte collaboration Client/Prestataire est un facteur clé de succès non négligeable pour que le projet soit une réussite, ce qui fut le cas avec CULTURA. En outre la personnalisation extrême de la prestation Cloud que propose CHEOPS avec son offre iCod® a permis de définir conjointement une unité d’œuvre (unité de facturation du Cloud) spécifique à CULTURA. Ainsi CULTURA maîtrise parfaitement le cout de son SI sur le Cloud et connait parfaitement le coût lors de l’ouverture d’un nouveau magasin. C’est ça également l’un des grands avantages du Cloud, la prédictibilité et la capacité de caler le SI sur le cycle d’exploitation de l’entreprise.

Vous avez permis à CEVA Santé Animale de virtualiser ses installations…quelle était la situation de départ ?

CEVA Santé Animale est devenue une entreprise mondiale avec pas moins de 33 filiales dans le monde entier. Le choix d’un ERP unique destiné à être déployé dans toutes les filiales travaillant dans des fuseaux-horaires différents nécessitait en interne des moyens humains et techniques considérables pour assurer un service 24H/24 7J/7, 365 jours par an. La seule réponse viable était d’externaliser vers le Cloud et de recourir à un prestataire compétent sur les environnements technologiques de CEVA, apte à personnaliser la prestation tout en respectant les niveaux de services attendus par l’entreprise. L’expertise technique de CHEOPS TECHNOLOGY en matière de virtualisation de serveurs et de supervision applicative du progiciel JD EWARDS d’Oracle a fait la différence, outre la capacité à garantir un très haut niveau de sécurisation des données et des applications grâce à un dispositif de réplication temps réel des données dans nos deux Datacenters interconnectés par 2 chemins de fibre optiques et distants de 25 km. Ce dispositif permet un plan de reprise informatique simplifié grâce à une intégrité totale des données et offre une garantie de disponibilité du système de 99,999% (5 mn d’arrêt non planifié par an).LOGO CEVA HD

Comment cela s’est-il passé ? Pour quel résultat ?

Le choix de CEVA Santé Animale a été fait en juillet 2010 avec un planning prévisionnel de déploiement des filiales mondiales sur 30 mois. Les technologies de Cloud hybride mises en œuvre par CHEOPS TECHNOLOGY permettent une très forte agilité dans le déploiement avec l’adjonction de la puissance de traitement nécessaire et l’extension de la capacité de stockage au fur et à mesure de la croissance des données de l’entreprise liée au déploiement. En outre la couverture des time-zone a été parfaitement assurée par nos équipes de production qui assurent un service 24H/24, 7 jours sur 7 à des coûts qui n’ont rien à voir avec ceux qui seraient générés par un service interne à l’entreprise.

Pour « La Grande Jonction », nous demandons à chacun des entrepreneurs de nous faire part d’un chiffre-clé. Dans votre cas, vous nous proposez « 25% »…
25% ? Pouvez-vous nous en dire plus ?

Oui, 25% correspondent à la moyenne de la réduction de coût constaté d’un système d’information purement interne à une entreprise, à un système d’information externalisé sur le Cloud. Il ne s’agit que d’une moyenne qui peut aller bien au-delà tant les sources d’économie sont nombreuses. Cela va de l’absence totale du besoin d’investir sur les briques technologiques jusqu’à la réduction drastique du coût du maintien en conditions opérationnelles qui atteint des niveaux très importants lorsque les besoins de disponibilité du Système d’Information sont élevés.

Si vous deviez donner un conseil aux entreprises qui nous lisent, et qui hésitent encore à passer « dans les nuages », quel serait-il ?

Dans les 10 années qui viennent, l’univers numérique (volume de données dans les entreprises) va croître de x 44 et le nombre de serveurs, qu’ils soient physiques ou virtuels devrait croître de 1000%. Dans le même temps, le personnel informatique devrait croître de moins de 50%, c’est dire, que quelle que soit la taille de l’entreprise, l’équation sera impossible à résoudre. De la même façon, l’accès à l’informatique a été simplifié pour les utilisateurs que nous sommes, mais a contrario à cause de cela, l’empilement de couches technologiques a incroyablement complexifié la tâche aux informaticiens qui sont derrière. Il deviendra compliqué techniquement et déraisonnable financièrement pour les entreprises, PME, ETI, voire Administrations et Grandes Entreprises de conserver tout ou partie de leur système d’information en interne. Le Cloud est la seule réponse plausible, tant en termes de service (à condition de bien choisir son prestataire…) que de coût. Les entreprises qui ont déjà migré vers le Cloud sont déjà gagnantes, autant ne pas les laisser prendre de l’avance et se concentrer sur son métier…
Nicolas Leroy-Fleuriot, merci, et rendez-vous à « La Grande Jonction », le 29 mars à Bordeaux.

La « Grande Jonction » se déroule entièrement au H14 – Bordeaux

S’inscrire à La Grande Jonction (entrée gratuite, places limitées)

Consultez ici le programme complet

Publié dans Actualités, Cloud, 3D : solutions pour la productivité. Bookmarquez ce permalien.